Compte de résultat prévisionnel : comment faire ?

Accueil > Articles > Compte de résultat prévisionnel : comment faire ?

Etablir son compte de résultat prévisionnel

Le compte de résultat prévisionnel est l’une des composantes essentielles du prévisionnel financier. Il permet au chef d’entreprise (auto-entreprise, TPE, PME) de projeter le niveau de son activité à 1 an ou 3 ans. Cela permet d’anticiper la capacité de celle-ci à générer un résultat suffisant, lui permettant de vivre correctement et de se constituer un ‘’matelas financier’’ en cas de besoin. C’est une étape incontournable à réaliser, d’autant plus lors de la création de son entreprise.

Découvrez dans cet article une fiche pratique qui vous explique d’une manière simple, l’objectif d’un compte de résultat prévisionnel ainsi que le processus de son élaboration.

Compte de résultat prévisionnel : définition

Le compte de résultat prévisionnel ou encore compte d’exploitation prévisionnel peut être défini comme un tableau qui liste, pour un niveau d’activité à réaliser, l’ensemble des charges et des produits à engager.

Lorsque l’on souhaite créer son entreprise, l’élaboration du compte de résultat prévisionnel nécessite souvent de s’appuyer sur une étude de marché. Avant de se lancer, il est très important de bien étudier son secteur, afin d’évaluer de la manière la plus réaliste possible, les produits et les charges potentiels liés à la réalisation de son activité.

Concentrez-vous sur les éléments pragmatiques suivants pour dresser un portrait de votre secteur d’activité :

  • Qui sont vos clients potentiels ? Sont-ils des particuliers, des entreprises ? Définissez leurs typologies, leurs besoins et leur positionnement géographique.
  • Qui sont vos principaux concurrents ? Que proposent-ils ? Identifiez leurs atouts, leurs faiblesses ainsi que leurs prix de vente pratiqués.
  • Qui sont vos principaux fournisseurs ainsi que leur politique tarifaire ?
  • La possibilité de bénéficier des aides et des subventions étatiques est également à étudier.

L’étude de ces premiers paramètres offre au créateur d’entreprise une vision globale de son marché, point de départ à l’estimation de son compte d’exploitation.

Comment établir un compte de résultat prévisionnel ?

Pour élaborer un compte de résultat prévisionnel, il suffit donc de lister et de valoriser l’ensemble des produits et charges potentielles. Pour vous aider dans cet exercice, voici les principaux produits et charges prévisionnels à prendre en compte.

Astuce : soyez généreux dans l’estimation de vos charges et plus prudent dans la projection de votre chiffre d’affaires.

Chiffre d’affaires prévisionnel

Le chiffre d’affaires est le moteur de toute activité. Il représente l’ensemble des ventes à réaliser par l’entrepreneur en fonction de son secteur (vente des prestations de service, ventes de marchandises, ventes de produits finis, etc.)

Il est le résultat du calcul entre les quantités de biens-marchandises ou de services à vendre multiplié par leur prix de vente estimé par l’entrepreneur.

NB : pour une première activité, le prix de vente peut être estimé en se basant sur le prix pratiqué par les principaux concurrents.

Astuce : tenez compte des éventuelles aides et subventions accordées par l’Etat pour aider les créateurs d’entreprise dans leur exploitation (subventions d’exploitation) ou dans leur investissement (subvention d’investissement).

Prévoir et estimer les charges d’exploitation

Les charges prévisionnelles représentent les dépenses à engager par l’entrepreneur afin d’exploiter son affaire.

Les charges prévisionnelles sont générées par l’activité courante de l’entreprise. Il existe 2 principaux types de charges d’exploitation qui alimentent le compte de résultat prévisionnel :

  • les charges fixes,
  • les charges variables

Les charges fixes prévisionnelles

Ce sont les charges liées au fonctionnement de l’entreprise, c’est-à-dire que leur valorisation n’est pas liée à la hausse ou à la baisse de l’activité. Elles sont à engager, quel que soit le chiffre d’affaires à réaliser par l’entreprise.

Voici des exemples de charges fixes à prévoir :

  • Charges externes (frais généraux fixes) :charges locatives, assurance responsabilité civile professionnelle, honoraires (ex : expert-comptable), abonnements internet et téléphone, frais de tenue de compte bancaire, leasing éventuel d’un véhicule, assurance automobile etc.
  • Charges de personnel : la partie fixe des salaires, la rémunération du dirigeant selon le statut choisi (TNS ou assimilé salarié), les charges et les cotisations sociales.
  • Les dotations aux amortissements si l’entrepreneur prévoit d’acquérir une immobilisation amortissable (l’immobilisation et son amortissement doivent apparaître dans le bilan prévisionnel). Citons par exemple le fait d’acquérir du matériel ou une camionnette pour un artisan.

Les charges variables prévisionnelles

Ce sont des charges dont le montant varie en fonction de l’activité future de l’entreprise. Ainsi plus le chiffre d’affaires estimé est important, plus les charges variables augmentent. L’estimation de ce type de charges n’est pas toujours aisée, car le chiffre d’affaires en question évalué lors de l’établissement du compte d’exploitation prévisionnel ne repose que sur des hypothèses.

Les principales charges variables à prévoir sont :

  • Les achats : marchandises, matières premières, fournitures, etc.
  • Charges externes (frais généraux variables) : sous-traitance, eau, énergie (si c’est une activité de production), frais de déplacement, les dépenses en communication, la présence à d’éventuels salons professionnels, etc.
  • Les impôts et taxes selon le statut juridique de l’entreprise et/ou de l’entrepreneur.

On peut également ajouter une autre catégorie, celle des charges semi-variables, qui sont en partie variables et en partie fixes. L’exemple le plus courant est celui des charges de personnels, qui peuvent comporter une partie variable indexée sur la croissance de l’activité (ex. : commission sur les ventes à réaliser par exemple).

Comment calculer le résultat d’exploitation prévisionnel ?

Pour déterminer le résultat d’exploitation, il convient simplement de faire la différence entre la somme totale des produits prévisionnels et celle des charges prévisionnelles. Le résultat net est bénéficiaire si le solde total est positif et il est déficitaire dans le cas contraire.

N’oubliez de tenir compte du délai d’encaissement client et du délai de paiement fournisseur. Il s’agit en effet des principaux facteurs déterminant le besoin en fond de roulement (BFR), impactant par ailleurs la trésorerie.

L’étude de ces premiers paramètres offre au créateur d’entreprise, une meilleure visibilité sur les dépenses à engager, les recettes potentielles et la marge commerciale qu’il peut espérer dégager.

My-Saam Vision vous permet de réaliser cet exercice en toute simplicité et surtout de suivre l’évolution de vos projections financières au quotidien. Commencez dès maintenant à utiliser gratuitement votre outil de gestion d’entreprise tout-en-un.

Outil de gestion commerciale tout-en-un :

Prévisionnel + Devis + Factures + Préparation à la Comptabilité + Tableaux de bords